BIBLIOGRAPHIE


kurtcouv

MÊME PAS MAL 2016
La vie est trop kurt
COULEURS : QUADRI
ISBN : 978–2918-64533-7
PAGES : 64

David Snug évoque sous forme d’histoires courtes son arrivée à Paris, son emménagement dans le quartier de la Goutte d’Or et ses premiers concerts dans des bars. Jusque là, tout va bien. Le problème c’est qu’il en profite pour donner son avis sur des sujets aussi divers que le street-art, la publicité, le travail, les groupes de rock indépendant ou encore la bande dessinée et qu’il a, de son propre aveu, des opinions « tranchées et radicales ». En gros, David Snug est totalement dénué de tact. La Vie est Trop Kurt a ceci de commun avec l’Assomoir d’émile Zola, hormis le fait qu’il se déroule au même endroit et qu’il y est question d’alcool et de chômage, que
personne n’en sort indemne. L’auteur se fout allègrement de la gueule de ses contemporains (chacun-e se reconnaîtra dans l’une ou l’autre de ses victimes) et n’a qu’une seule excuse : celle de ne pas s’épargner lui-même. Si vous avez un brin d’humour et le sens de l’autodérision, vous devriez apprécier !


roirecré

MÊME PAS MAL 2014
LES ROIS DE LA récré
COULEURS : QUADRI
ISBN : 978-2-918-64526-9
PAGES : 80

C’est la rentrée des classes. Jean Chat s’apprête à entrer en CM2, non sans appréhension : se lever tôt, faire ses devoirs, les dictées, le calcul mental, l’histoire géo, les récitations et autres punitions… Ahhh l’école. Heureusement, il va retrouver son ami Jean Lapin, avec lequel il sont bien décidés à devenirLes Rois de la Récré ! DAVID SNUG, auteur habitué aux sujets sensibles (la musique, le travail, la vieillesse, Lionel Jospin …) s’attaque ici au plus grave d’entre-­eux : l’école primaire. Et plus particulièrement la dernière année, celle qui précède l’entrée au collège. Un an dans le quotidien d’un enfant de dix ans où se succèdent entraînements de foot et piscine non consentis, sorties scolaires, vacances et privation perpétuelle de récré. On apprend avec Jean Chat comment (ne pas) se sortir des situations critiques inhérentes à la vie de cancre, et on vit à ses côtés des expériences pas si anodines. Tantôt marrant, tantôt pas du tout, Les Rois de la Récré fait rire et grandir. A nouveau.


Couverture de La maison n'accepte pas l'échec - La maison n'accepte pas l'échec

Les Enfants Rouges 2014
La maison n’accepte pas l’échec
Couleurs : quadri
Collection :Coquelicot
ISBN :978-2-354-19071-2
Planches :144

Cet album de David Snug présente des histoires courtes élaborées et réalisées durant sa résidence à la Maison des Auteurs d’Angoulême entre juin et fin novembre 2013. Les histoires ont été redessinées pour la version papier et des illustrations inédites complètent ce recueil. Comme à son habitude, David Snug utilise un vocabulaire cru et acerbe pour nous parler en vrac des milieux culturels alternatifs : du « Rock-indé », des métalleux, des végans, des tatouages, du street-art, des concerts DIY…


lionel

Marwany CORPORATION 2013
Lionel J. et les PD du cul
Couleurs : quadri
COLLECTION : MARWANY COMIX
ISBN  : 979-1-090-24005-6
pages : 120

Les rappeurs, c’est un peu comme les socialistes : des gens de droite qui essayent de nous faire croire qu’ils sont à gauche pour réussir dans la vie.
C’est en tout cas ce que pense Jean Chat le nouvel ami de Lionel Jospin. Ensemble, ils vont monter un groupe de hip-hop pour tenter un comeback sur le devant de la scène.

J'aime pas la musique - Tome a

Les Enfants Rouges 2011
J’aime pas la musique
Couleurs : quadri
Collection :Coquelicot
ISBN :978-2-354-19052-1
Planches :92

David, 12 ans, est un sale gosse : non seulement, il n’en fout pas une à l’école, mais en plus, il se montre fort insolent à l’endroit de son professeur de musique, sorte de clone d’Hitler (c’est tout du moins la représentation qu’en donne le jeune narrateur !). Bref, rien n’est simple et l’existence est bien morne. Cela jusqu’à la révélation ! Un soir d’ennui, seul dans sa chambre et désœuvré, il est touché par la grâce, ou plutôt les beuglements qui proviennent de l’appartement du dessus : « Lobotomie, Hôpital… Lobotomie, Hôpital… » (ou « Lobotomie, amputé », pour le détail, lire le livre !). Sa vie s’en trouve transformée, un petit agité est lâché dans la nature !

BDGEST (F.MAYAUD)
Après deux albums (Je suis très déçue par ton attitude et Y-a que les fourmis qui bossent) dans lesquels il revisitait son art et sa vie par tranches, en noir et blanc, David Snug livre là une histoire complète en couleur. En route vers la rédemption ? Que nenni ! Le « MOI » délirant de l’intéressé est toujours au centre de toute chose, et, pour l’occasion, la musique n’est jamais bien loin. Il y a du Fred Neidhardt dans la manière de faire de David Snug : une sorte d’insolence toujours possible, un décalage assumé et un passé par essence tellement funky. C’est rythmé, avec un bon sens de la cassure qui, en effet comique, fonctionne souvent bien – c’est le cas ici. Il est parfaitement perceptible que l’auteur s’est amusé à faire son bouquin, et c’est communicatif. Pour peu que le graphisme façon « petit écolier » ne rebute pas, bien entendu. L’avantage de ce style, outre les visages « patates » agrémentés de sourires à la Templesmith, ce sont les raccourcis qu’ils permettent, les détails qu’ils contiennent. La limite est celle du propos : il n’est pas impossible que la génération qui ait vécu son adolescence dans les années 80 soit plus sensible au talent du sieur Snug que les autres, cela sera sans doute encore plus vrai en prenant le sous-ensemble qui s’est nourri au chant des Béruriers Noirs, mais sait-on jamais ?
J’aime pas la musique est un album à base de joies simples et partagées, mené tambour battant par des dialogues truculents et un dessin difforme et assumé comme tel ! Que demande le peuple ? « Lobotomie, Hôpital… Lobotomie, Hôpital… » !


Couverture de 64 ans en 2039

Enfants rouges 2011
64 ans en 2039

Couleurs :Bleu et blanc
Collection : Coquelicot
ISBN :978-2-354-19051-4
Planches :62

En 2039, Benoît De Cajou a 64 ans. Il décide de revenir habiter dans sa ville natale : Caen. Benoît a beaucoup de mal à s’adapter aux évolutions de cette époque : il est nostalgique des téléphones portables et des ordinateurs à écran plat, il est réfractaire aux puces wifi implantées dans le rectum permettant de faire à peu prés tout, etc.


Couverture de Y'a que les fourmis qui bossent

Les Enfants Rouges 2010
Y’a que les fourmis qui bossent
Couleurs :<N&B>
Collection :Coquelicot
ISBN :978-2-354-19033-0
Planches :136

Dans ce livre, on pourra voir que : 1) Je ne fais pas trop de cases parce que c’est chiant à dessiner, les cases. Même si ça m’arrive tout de même d’en faire quand je suis bien luné. 2) J’aime bien dessiner le carrelage parce que ça se dessine sans réfléchir, et donc je peux le faire tout en écoutant la radio. 3) Que le personnage principal (qui s’apparente quelque peu à un genre de moi-même) n’a pas toujours la même tête. Mais vous avez essayé de dessiner toujours le même personnage ? C’est chiant ! 4) Qu’il y a aussi des monstres, parce que c’est marrant à dessiner, les monstres. 5) Que les portes et les fenêtres des immeubles sont beaucoup trop petites par rapport aux personnages, mais j’ai pas le choix, parce que sinon ça ne rentre pas dans la page. 6) Que j’aime bien les concerts DIY, mais que j’ai une carte d’abonnement pour les cinémas multiplex.


Je suis très déçue par ton attitude

Les Enfants Rouges 2008

Je suis très déçue par ton attitude

 Couleurs :<N&B>

ISBN :978-2-354-19016-3

Planches :78

Je suis très déçue par ton attitude est un recueil de plusieurs histoires courtes, réalisées pour la plupart dans le train de banlieue qui m’emmène au travail.
Dans ce livre, on pourra voir que 1) je n’aime pas dessiner des bulles, parce que je ne sais jamais où les mettre ; 2) j’aime bien me faire suer à dessiner de la moquette et de la pelouse avec pleins de petits traits ; 3) je ne dessine pas très bien les voitures (et pourtant, j’adore dessiner des voitures !) ; 4) je dessine toujours dans des gaufriers simples de 6 ou 9 cases, parce que je n’aime pas les BD où les cases partent dans tous les sens ; 5) j’aime bien les histoires avec des ours, des chiens, des petites bonnes femmes et des petits bonhommes avec plein de dents ; et 6) j’aime le sexe et la violence, parce que c’est quand même ça qui fait vendre.